act up lutte sida vih

As-tu déjà entendu parler de l’association Act Up ? On voit souvent des triangles roses sur des t-shirts noirs, on l’a même d’ailleurs récemment vu dans l’excellent film 120 battements par minute de Robin Campillo, qui met en scène l’histoire de cette association emblématique. Mais quelle est réellement cette association ? Comment est-elle née ? Pourquoi est-elle si importante dans la lutte contre le sida et donc par extension pour les personnes de la communauté LGBTQ+ ? Notre boutique militant pour les droits LGBT s’est renseignée et t’en dit un peu plus sur Act-Up.

Act Up : une association née aux États-Unis

En 1981, le virus du SIDA fait son apparition aux États-Unis et commence à faire des ravages. Jusqu’en 1987, le sida continue de détruire des vies d’homosexuel·les. Pour faire bouger les choses, un mouvement se crée à New York : Act Up, mené par Larry Kramer. Act Up, c’est l’AIDS Coalition to Unleash Power, soit la Coalition contre le SIDA pour libérer le pouvoir. Son but ? Mener des actions coups de poing spectaculaires pour attirer les médias, sensibiliser l’intégralité du peuple américain à la maladie ainsi qu’aux prix exorbitants du traitement (l’AZT à l’époque).

larry kramer fondateur Act Up
Le dramaturge Larry Kramer, fondateur d’Act Up © Sara Krulwich/Getty Images

Dès l’arrivée du mouvement militant, on ne peut pas louper les activistes d’Act Up. Les membres portent des t-shirts noirs floqués d’un triangle rose et de slogans chocs comme SILENCE = DEATH. Avec ses t-shirts, les bénévoles veulent être remarqués (tiens, tiens, ça nous rappelle une certaine boutique LGBT+… 😉), les membres de l’association veulent choquer pour faire bouger les mentalités et accélérer les choses. Les militant·es ont choisi de se réapproprier le triangle rose qui était, pendant la 2nde Guerre Mondiale, le signe distinctif (pointe vers le bas) que devaient porter les gays dans les camps de concentration nazis. Le triangle a été retourné comme on retourne des insultes homophobes : pédé, gouine… Ce choix n’a donc pas été fait au hasard, encore une fois, les militant·es d’Act Up ont, dès le début, choisi un symbole extrêmement lourd de sens pour éveiller les consciences sur l’urgence de la situation.

La fondation d’Act Up-Paris

Suite aux actions chocs d’Act Up vues aux États-Unis et à l’augmentation du nombre de mort·es dû·es au VIH, la colère monte également en France. Ainsi, en 1989 Didier Lestrade, Pascal Loubet et Luc Coulavin décident de décliner ce mouvement dans l’hexagone en suivant le même modèle.

L’arrivée de cette association radicale en France réveille une véritable envie de révolution chez les personnes de la communauté LGBTQ+ française. Déjà parce que les personnes séropositives ne montraient jusqu’alors pas leur tête dans les médias, mais aussi parce que les personnes LGBT n’étaient pas du tout habituées à manifester publiquement pour leurs droits. La colère des militant·es est leur manière de faire bouger les politiques, les laboratoires, les agences de santé concernées par le virus.

Act Up-Paris : une ribambelle d’actions coups de poing

Le lancement d’Act Up-Paris se révèle être un franc succès, un réel changement pour les personnes séropositives mais aussi pour l’ensemble des personnes LGBTQ+. Seulement 6 mois après la création d’Act Up-Paris, une banderole est déployée par les militant·es sur les fameuses tours de Notre-Dame de Paris afin de dénoncer l’attitude de l’Église catholique vis-à-vis du préservatif (entre autres).

Le 1er décembre 1993, les militants d’Act Up-Paris réalisent l’une de leurs actions les plus connues : les membres réussissent à mettre une gigantesque capote sur l’obélisque de la Concorde (rien que ça !). Cela va permettre à l’association de faire un tour du monde des médias et de sensibiliser le plus de personnes possibles à la lutte contre le sida, faisant alors encore des ravages partout dans le monde.

L’association est aussi très connue pour ses die-in, méthode de protestation s’appuyant sur le modèle du sit-in. L’idée est ici de s’allonger sur la voie publique et de faire semblant d’être mort·e, à l’image des personnes atteintes du sida qui sont mortes à cause de la maladie ou qui pourraient l’être bientôt.

militants actu up dies in
Des manifestants d’Act Up Paris en plein die-in devant le ministère de la santé. © William Hamon

On retrouve aussi en 2004 une autre action qui a marqué les esprits : les militants d’Act Up-Paris aspergent le laboratoire Roche de faux sang, afin de protester contre l’abandon du développement d’une molécule anti-VIH. Scène que l’on retrouve d’ailleurs dans le film 120 battements par minute (si, si, tu vois très bien de laquelle je parle, celle où Adèle Haenel prend le mégaphone et mène la danse…).

Le laboratoire Roche, pris d’assaut par les militant·es. © Act Up-Paris

Les figures emblématiques d’Act Up

Cleews Vellay

«Bonsoir ! Je m’appelle Cleews Vellay. Je suis sidéen. Je suis aussi homosexuel. Ben oui… Et il se trouve que je suis président aussi d’Act Up-Paris.»

Comment parler d’Act Up sans parler de Cleews Vellay ? C’était “la présidente” d’Act Up-Paris de 1992 à 1994, année où il décède du sida. Sa personnalité et ses actions ont profondément marqué toute une génération de militant.e.s et reste encore aujourd’hui une figure emblématique de la lutte contre le sida. On vous invite à voir le documentaire “Cleews Vellay, portrait d’une présidente” si vous en avez l’occasion un jour, et un conseil : préparez vos mouchoirs.

Cleews Vellay
Cleews Vellay, portant le t-shirt emblématique de l’association. © Brigitte Tijou Film

Larry Kramer

« J’ai appris que ce qui est vraiment nécessaire pour attirer l’attention dans ce pays, c’est d’être extrême », New York Times (1994).

Larry Kramer en manifestation. © Onusida

Forte personnalité, Larry Kramer est un peu le chaman de la lutte contre le sida. Il avait le don de se mettre les gens à dos car il n’hésitait pas à prendre la parole sur des sujets tendus à l’époque, comme le port du préservatif ou l’épidémie du VIH. Ses discours l’ont rendu unique, son charisme et ses dons d’orateur lui ont permis de réunir à ses côtés, dans les rangs d’Act Up, une forte communauté prête à la révolte. À la fois infecté par le virus du sida et par l’hépatite B, il a été la première personne séropositive des États-Unis à bénéficier d’une transplantation du foie. Son combat perpétuel lui a permis de vivre le plus longtemps possible, jusqu’à l’âge de 84 ans.

Didier Lestrade

Didier Lestrade est celui qui a eu l’idée de créer Act Up-Paris, en 1989, suite à un voyage à New-York pendant lequel il a découvert Act Up. Il était alors séropositif depuis plus d’un an. Écrivain et journaliste, c’est également lui qui a créé le magazine Têtu, véritable référence pour la communauté LGBTQ+ depuis de nombreuses années. Et si tu souhaites en apprendre encore plus sur l’histoire d’Act Up, ça tombe bien, Didier Lestrade t’en parle dans son livre : ACT-UP UNE HISTOIRE.

Didier Lestrade
Didier Lestrade en 1981. © Didier Lestrade

Pourquoi Act Up est une association aussi importante ?

Tout ça pour t’expliquer qu’Act Up est un mouvement qui s’est développé dans le monde en peu de temps, montrant la nécessité d’avoir une association qui ose, qui soit radicale, qui se bouge vraiment. Alors, qu’elle soit à New-York, à Londres ou à Paris, Act Up a grandement changé la vie de beaucoup de personnes séropositives et LGBT+. C’est notamment grâce à cette association que les premières trithérapies ont vu le jour en 1996, permettant aux personnes atteintes du VIH de vivre avec le virus.

L’association Act Up-Paris est toujours active aujourd’hui, même si elle se fait plus silencieuse ces dernières années. Ses actions concernent maintenant beaucoup plus de personnes : travailleur·euses du sexe, séropositifs·ves, réfugié·es… Une autre association s’est d’ailleurs créée dans le Sud-Ouest, à Toulouse : Act Up Sud-Ouest.

Des activistes d’Act Up, en plein die-in dans une rue parisienne

MILITER TOUS LES JOURS POUR LA COMMUNAUTE LGBT+

vetement lgbt gaypride

Nous espèrons que cet article t'a plut. Il a été écrit par Ana, de l'équipe Phèros. Phèros est une boutique LGBT+ française qui a pour but de défendre les droits LGBT+ et de rendre visible la communauté au quotidien. Découvre nos vetements lgbt, nos accessoires engagés et surtout nos convictions :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
 
 

En poursuivant votre navigation sur pheros.shop, vous acceptez l’utilisation de cookies présents afin de vous proposer des offres adaptées à vos attentes. En savoir plus

Shopping cart

close